Actus

Tout savoir sur la formation de photographe

Sommaire

Sommaire

En remplissant ce formulaire, j’accepte de recevoir la newsletter d’EtudesTech et je comprends que je peux me désabonner facilement à tout moment.

TAGS
formation photographe

Si tu te passionnes pour la photographie, tu es bien tombé ! Publicité, cuisine, mode, ou encore réseaux sociaux… Aujourd’hui la photo et les photographes sont partout. Pourtant, ces professionnels sont avant tout des techniciens de l’image qui jouent avec les contrastes, la lumière et les angles de vue pour exprimer son message ou celui de son client. Les missions, spécialités, lieux de travail et formations possibles sont multiples et Études Créatives te décrypte tout dans cet article.

En quoi consiste le métier de photographe ?

La mission principale du photographe est assez claire : il prend des photographies. Pourtant, cette tâche en implique beaucoup d’autres qu’on ne soupçonne pas forcément. Que les prises de vue soient réalisées en studio ou en extérieur, le photographe prépare son shooting photo avec soin, notamment en repérant les lieux et en gérant l’aspect technique : horaires, lumière, matériel nécessaire. Le jour de l’événement, il est parfois aidé d’une équipe constituée d’un assistant photo, qui s’occupe du matériel et d’un styliste photo, qui se charge des éléments de mise en scène. Un coiffeur et un maquilleur peuvent aussi l’accompagner si les photos impliquent des modèles.

La polyvalence comme maître-mot

Le cadrage, la lumière et la couleur sont autant de critères que le photographe doit maîtriser, même s’il peut déléguer certaines tâches. Il doit alors encadrer cette équipe et donner des directives précises, ainsi qu’aux modèles qui ne sont pas toujours des professionnels du mannequinat. À la suite de ce jour de shooting, le photographe s’occupe de la “post-production”. Il trie les clichés, en sélectionne puis en retouche certains pour tirer le meilleur de chaque image avant de les montrer au client. Cela dit, les missions du photographe varient en fonction de son domaine d’activité et la nature de ses clients : agence de publicité, magazine de mode ou encore particuliers qui souhaitent immortaliser un mariage.

La profession de photographe a été particulièrement bousculée par l’arrivée du numérique pour deux raisons. Les clichés peuvent être consultés et modifiés dans l’instant, et un traitement de l’image est toujours à effectuer. De plus, l’arrivée des réseaux sociaux a participé à normaliser la photographie et il est désormais plus difficile de se démarquer et de légitimer son travail.

Les taches type dans la profession

Même s’il existe un grand nombre de spécialités et de domaines d’activité, certaines tâches du photographe restent incontournables. Le photographe réalise toujours la réception des commandes photographiques qui implique le devis et la prise en compte de la demande, la préparation de la prise de vue avec le choix du matériel et les différents réglages, la direction des modèles et le guidage du ou des modèles. Pour parvenir à un résultat satisfaisant et en accord avec le cahier des charges défini par le client, le photographe adapte la lumière, arrange les paramètres des équipements et vérifie sa production. Après le jour J, il retouche, trie, sélectionne et développe les clichés avant de les archiver et les commercialiser ou les soumettre au client.

Un des principaux avantages du métier de photographe est que c’est un métier de passion qui fait appel à l’esprit créatif de celui qui l’exerce. Les missions sont variées, car chaque commande est unique. Le photographe est amené à rencontrer beaucoup de personnes, tout en gardant une certaine liberté dans son travail. Cependant, l’inconvénient numéro un lorsqu’on est photographe, c’est l’employabilité. Peu de photographes réussissent à vivre confortablement de leur passion.

Être photographe indépendant avec une formation

Le statut d’indépendant est souvent celui qui est privilégié par les photographes. L’indépendance permet notamment de choisir ses clients et d’avoir plus de liberté sur les différentes missions et travaux réalisés. De plus, il y a très peu d’offres d’emploi et de débouchés en tant que salarié notamment parce que peu d’employeurs ont besoin d’un photographe à temps plein dans leur effectif.
De manière générale, les indépendants se spécialisent dans un domaine et visent une cible définie au préalable. Avoir une telle stratégie permet, entre autres, de limiter le nombre de concurrents. Les clients identifient le photographe en fonction de leur besoin et le contactent pour sa spécialité en ayant pu au préalable avoir un aperçu de son travail.

Globalement, le budget nécessaire pour le démarrage d’une activité de photographe à son compte varie entre 2 000 et 15 000 euros. La fourchette est très large, car elle dépend de beaucoup de facteurs :
l’équipement de départ dont les prix peuvent s’envoler pour certains éléments comme les objectifs ou le matériel de post-production.

Le statut : Créer une auto-entreprise est gratuit, mais une société nécessite d’engager des frais.

Le lieu de travail : Il est possible de travailler de chez soi, mais aussi d’avoir besoin d’un studio photo ou de bureaux.

La présence sur internet : Il est possible d’être présent uniquement sur les réseaux sociaux et disposer d’un site web. Toutefois, la conception d’un site professionnel engage des frais, notamment pour son référencement.

L’abonnement aux logiciels dont les prix peuvent grimper très vite comme la suite Adobe pour Photoshop ou Lightroom.

Suivre des formations supplémentaires en photographie : peut être un avantage considérable, surtout en cas de ou non reconversions professionnelles par exemple.

Les entreprises peuvent demander les services des photographes, mais elles ne sont pas les seules. Les particuliers peuvent aussi faire appel à ces services d’un photographe pour immortaliser un événement important de la vie comme un mariage, un baptême, ou même une réunion de famille. Les particuliers sont aussi clients de photos de famille prises en studio qui permettent d’obtenir un tirage souvenir d’une qualité professionnelle. À noter que les shootings de couple connaissent une forte demande depuis quelques années.

Le salaire du photographe de formation

Le salaire du photographe est de manière générale assez incertain et c’est en partie lié à son statut d’indépendant. En effet, même si ses tarifs peuvent parfois sembler élevés, les charges sont importantes et impactent fortement le salaire. Pour une meilleure rémunération, le photographe doit être reconnu par ses clients. Il doit aussi justifier de son expérience et de son talent, ce qu’il peut faire grâce aux photos qui composent son book. Il peut y intégrer des photos issues de commandes, mais aussi des initiatives personnelles qui lui permettent de se réorienter vers d’autres types de prises de vues ou de prouver ses capacités autrement.
En moyenne, les études montrent qu’un photographe gagne entre 1 800 et 3 500 € bruts quand il est salarié. Lorsqu’il exerce sous le statut d’indépendant, ses compétences et sa renommée sont les variables qui peuvent faire varier sa rémunération et déterminer le montant de ses prestations. À titre d’exemple, un photographe de mariage peut gagner, en moyenne, entre 18 000 et 34 000 € par an.

Lire aussi : Le salaire d’un photographe en 2022

Les spécialités du métier de photographe

Le photographe peut travailler dans presque tous les environnements et secteurs, à partir du moment où ces derniers nécessitent d’une prise d’images quelconque. Il travaille dans le secteur privé ou public, en déplacement à l’extérieur ou en studio, en milieu rural ou urbain, avec des horaires en journée, en soirée, de nuit et même les week-ends. Les conditions de travail peuvent aussi varier selon la spécialité choisie.

Photographe d’événements

Indépendant ou non, le photographe d’événements est en général embauché et payé à la mission. Il peut capturer des mariages entre particuliers, mais aussi des événements publics comme des concerts, des discours de personnalité politique ou des représentations sportives.

Photographe de presse

Le secteur de la presse et des médias de manière générale emploi continuellement des photographes : ils couvrent des événements de la vie publique comme des salons, des foires, mais aussi des rencontres sportives ou des manifestations. Il intervient dans des situations qui peuvent se relever stressantes selon les conditions de réalisation : le cliché pris sur l’instant doit être exploitable et diffusable du premier coup, car les intervenants font partie d’une scène de vie, il n’y a donc pas de seconde chance. Le photographe de presse, souvent assimilé à un journaliste, doit être capable de transmettre au plus vite les photos réalisées, quitte à les modifier directement sur le terrain.

La photographie dans la publicité

Comme dans la presse, le photographe qui travaille dans la publicité doit se plier aux exigences de son milieu et de son employeur. Cependant, plutôt que de prendre une photo sur le vif, il peut prendre son temps. L’objectif est avant tout de rendre un produit esthétique et attractif grâce à une mise en scène adaptée et originale.

Photographier la fonction publique

Le secteur de la fonction publique offre assez peu de débouchés d’emplois salariés en tant que photographe. Les administrations les plus importantes comme les préfectures ou les ministères, et les collectivités étendues peuvent, cela dit s’offrir les services d’un photographe à demeure, en permanence disponible. Il a alors pour mission d’alimenter les publications à destination des administrés, mais aussi de participer aux différentes opérations de communication. Le photographe, quand il travaille dans la fonction publique, doit aussi gérer les archives photos afin de pouvoir proposer des solutions d’illustrations à tous les services en matière : d’urbanisme, de politique ou d’action culturelle par exemple.

Être photographe de mode

Le secteur de la mode est un de ceux qui emploie le plus de photographes. Présentation des dernières pièces portées par des mannequins et diffusées sur les sites, mais aussi dans les boutiques. Ces photos servent à illustrer les collections des catalogues et à alimenter les pages des sites de vente en ligne. La plupart du temps, le photographe de mode travaille en studio, entouré d’une équipe de professionnels dédiée à la préparation de la photo la plus réussie : les assistants techniques assurent une lumière parfaite et un environnement adéquat, tandis que les coiffeurs, stylistes et maquilleurs s’occupent de l’image du mannequin. Pourtant, les codes ont dernièrement été bousculés et les campagnes se font de plus en plus à l’extérieur, en milieu naturel ou urbain.

Il existe également beaucoup d’autres spécialisations en photographie comme le reportage, la cuisine, l’automobile, le médical et le scientifique. Souvent, les clichés médicaux servent pour illustrer les revues scientifiques tandis que la photographie culinaire, qui porte sur les plats ou les boissons, est utilisée dans les livres de recettes ou autres parutions culinaires.

Qualités et compétences acquises pendant la formation de photographe

Tu l’as peut-être déjà compris, il n’est pas facile d’être photographe, car comme dans beaucoup de métiers de passion, qui plus est artistiques, il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus. Heureusement, la formation pour être photographe existe et permet de crédibiliser son travail.
Avant tout, le photographe doit avoir un bon œil pour saisir chaque détail qui pourrait améliorer, ou au contraire, altérer la qualité de sa photo. Mais la vision doit être complétée par une sensibilité artistique et surtout une expertise technique. Les appareils photos sont des appareils sensibles, qu’il est difficile de bien maîtriser car il faut prendre en compte plusieurs variables et aspects qui font appel à des connaissances purement techniques voire physiques. Cela implique d’apprendre les bases de la photographie et de comprendre les mécanismes de l’appareil photo et comment il réagit aux différents environnements : luminosité ou mouvement par exemple.

Être un bon photographe demande de la patience, de la souplesse, peu de talent et beaucoup de travail. Un photographe doit savoir capturer un instant et une émotion, pour le convertir en une photographie évocatrice qui peut exprimer une idée, un sentiment ou un événement. Ce résultat ne peut s’obtenir qu’en alliant compétences artistiques, interprétation de l’environnement et adaptabilité. Le bon photographe doit aussi apprendre comment exprimer le sentiment et le caractère des personnes qu’il photographie ainsi que sa propre vision du monde. Le tout en une image.

Formation photographe : quel cursus choisir ?

Pour prétendre au métier de photographe et être reconnu comme professionnel, une solide formation technique et artistique en photographie représente un atout de poids qui devient de plus en plus incontournable étant donné la concurrence. Par chance, tu as plusieurs options qui s’offrent à toi pour te former.

Après le bac, tu peux entamer une formation de photographe en 2 ans et suivre le BTS photographie, puis entrer pour 2 ou 3 ans à l’École Louis-Lumière ou à l’École d’Arles, qui sont spécialisées dans le domaine de la photo. Avec une formation en 5 ans, tu peux obtenir le diplôme de l’Ensad section photographie ou le DNSEP mention art, en école d’art. Ces diplômes sont reconnus comme étant de qualité et donnent une crédibilité à ceux qui les ont obtenus.

Les diplômes niveau bac+2 que tu peux décrocher sont le BTS Photographie ou le certificat de photographie professionnelle. Tu peux les décrocher en 2 ans en apprenant les bases de la photographie. D’ailleurs, on te présente dans ce lien, les meilleurs BTS Photographie sur Parcoursup en 2023.

Si tu souhaites un diplôme de niveau bac+3, tu peux choisir la filière Photographe Vidéaste à l’école des Gobelins. Les formations de photographe de niveau bac+5 sont plus nombreux et offrent plus de possibilités :
– DNSEP option art ;
– DNSEP option communication ;
– Diplôme de l’École Nationale Supérieure de la photographie d’Arles ;
– Diplôme de l’École Nationale Supérieure Louis-Lumière spécialité photographie ;
– Diplôme national supérieur des arts décoratifs (ENSAD).

À savoir que certaines formations et certains établissements sont plus ou moins spécialises dans le domaine de la photographie et spécifiquement dans la formation de photographe. À la sortie du lycée, tu peux aussi entrer dans certaines écoles privées spécialisées qui sont plus chères, mais donnent en général accès à d’autres avantages. Il est important de bien se renseigner et de choisir un modèle de formation qui te correspond afin de mettre toutes les chances de ton coté pour démarrer ta carrière du bon pied.

Évolution professionnelle après une formation de photographe

Le photographe peut démarrer sa carrière en tant qu’assistant pour appréhender la réalité du terrain et apprendre à faire face au métier. Il est possible d’accéder à ce poste pendant la formation de photographe pour un stage, ou après. De plus, l’assistanat permet d’acquérir de l’expérience et de bénéficier de celle de quelqu’un d’autre. De manière générale, les bons photographes choisissent de le rester. Ils peuvent néanmoins choisir de changer de domaine comme en travaillant dans une agence de presse, un magasin, en devenant iconographe.

L’enseignement de la photographie dans des établissements d’enseignement supérieur, ou des ateliers destinés aux débutants est aussi une option. Pour se réorienter, les photographes qui souhaitent changer de profession peuvent participer à des sessions de formation continue pour des professionnels dans les secteurs de la vidéo, du graphisme, ou même dans le montage d’expositions photographiques.

Lire aussi : Le salaire d’un photographe en 2022 

Portrait

Portrait de Jonathan Cohen

Jonathan Cohen est un acteur, scénariste, producteur et humoriste français. Il s’est fait connaître grâce à son talent comique et à son style unique. Né

Lire plus >