Actus

Tout savoir sur le métier de souffleur de verre

Sommaire

Sommaire

En remplissant ce formulaire, j’accepte de recevoir la newsletter d’EtudesTech et je comprends que je peux me désabonner facilement à tout moment.

TAGS
souffleur_verre

Tu aimes regarder les sculptures ou la vaisselle en verre ? Tu es fasciné par cet art et tu aimerais, toi aussi, essayer ? Le soufflage du verre est un art ancien, souvent appelé « l’art du verre », et il a été pratiqué pour la première fois par les Égyptiens. Introduit en Europe par les Romains, il est devenu la technique de verrerie la plus célèbre au Moyen Âge. Il existe des souffleurs de verre depuis le XVIIIème siècle, époque à laquelle cet art était largement utilisé. Études Créatives te dit tout sur le métier de souffleur de verre.

Comment le verre est-il soufflé ?

De manière générale, le souffleur de verre travaille dans une cristallerie, avec un rôle précis à jouer. Dans ce métier, la lenteur et la maladresse ne pardonnent pas, au risque de tout perdre, voire de se blesser. À l’aide d’une canne d’acier creuse, le cueilleur prélève dans le four une boule de cristal en fusion. Très chaude, elle est grosse comme une orange et d’une couleur similaire. Le souffleur de verre la dépose ensuite dans un creuset. En insufflant l’air dans la canne, puis en le maintenant prisonnier, il gonfle la boule de cristal en expirant. Ce professionnel souffle et tourne l’ébauche, jusqu’à ce qu’elle prenne sa forme. Ce geste peut se faire « libre », ou à l’aide d’un moule en bois. Une fois cette étape terminée, le souffleur passe la canne au chef de place.

À l’aide d’une pince et de ciseaux, c’est lui qui façonne les anses d’un vase ou la jambe d’un verre. Enfin, le verrier prend la main pour réaliser le pied du verre. Après cuisson, l’objet est décoré à froid par les tailleurs sur cristaux, les graveurs et les décorateurs. Ces derniers travaillent avec différents outils comme la meule, l’acide ou le crayon-graveur.

Souffleur de verre : Les compétences et qualités attendues

Les qualités du souffleur de verre

Le métier de souffleur de verre est à la fois technique et artistique. Pour créer des productions artisanales, il est important d’être créatif, d’avoir de l’imagination et un sens artistique développé pour fabriquer de beaux objets. Cela dit, il faut aussi être résistant, car il fait très chaud dans l’atelier en raison du four, le travail a donc tendance à être physiquement éprouvant. Pour finir, être rapide est la clé du succès. Le souffleur dispose de très peu de temps pour donner forme à la matière en fusion avant qu’elle ne refroidisse et ne devienne trop dure pour être façonnée.

Le savoir-faire

Le souffleur de verre est souvent amené à répondre à une demande bien précise et pour cela, il doit avant tout vérifier la faisabilité du projet. Cela passe par l’évaluation du niveau des dimensions de la pièce en verre, de son aspect esthétique, du délai ou encore du coût de production et de vente. Sur le terrain, les compétences du souffleur de verre sont variées.

Avant la création, il définit les étapes à suivre, prépare son matériel, réalise une maquette, un moule ou un masque et anticipe les coûts à prévoir. Au moment de la création, il souffle et façonne le verre en tenant compte des différentes techniques, corrige les éventuelles erreurs lorsque cela est possible. Il colore, assemble des pièces, mais aussi dessine des motifs. Une fois ce travail terminé, il doit contrôler la conformité de l’objet, enregistrer la vente ou encore consigner des données d’activité s’il travaille à son compte. Parmi les tâches précises à accomplir, on retrouve :
– Définir les étapes d’intervention pour le façonnage ou la décoration d’un objet ;
– Préparer le matériel, les matériaux et les outillages ;
– Réaliser un calibre ;
– Réaliser un maquette d’un projet avant fabrication ;
– Réaliser un masque ou des moules en vue du façonnage, de la gravure ou de l’assemblage de verre ;
– Souffler le verre pour le mettre en forme (soufflage, étirement, torsion,…) et veiller au maintien de sa température (arche de recuisson, fours de réchauffe…) ;
– Contrôler la conformité d’aspect d’un produit ;
– Usiner ou assembler le verre selon des opérations de biseautage, coupe, perçage ou collage à chaud ;
– Réaliser des colorations du verre selon un procédé à la poudre, par filigrane, par inclusion, par irisation, par sérigraphie ou à la balotte ;
– Décorer le verre ;
– Dessiner de nouveaux motifs ;
– Concevoir des nouveaux produits ou modèles ;

Pour accomplir ces tâches, il est nécessaire de posséder des connaissances techniques sur :
– Caractéristiques et propriétés du verre ;
– Ergonomie ;
– Gestes et postures de manutention ;
– Lecture de dessins techniques ;
– Techniques de transformation du verre à chaud et à froid ;
– Utilisation d’outillages manuels ;
– Travail de la pâte de verre ;
– Bombage du verre ;
– Coulage, filage et étirement du verre ;
-Techniques de sculptage du verre par forme pleine ;
-Techniques de soufflage du verre à main levée, au chalumeau ou au moule ;
-Techniques de marbrage, de polissage et de traitement des verres ;
– Procédures d’entretien et de maintenance des outillages et équipements de transformation du verre ;

Concrètement, il existe deux façons d’apprendre à souffler le verre. La première est de suivre une formation dans une école spécialisée, ou bien, un programme élaboré par les artisans verriers eux-mêmes.

Quelle formation suivre pour devenir souffleur de verre ?

Le métier de souffleur de verre nécessite des compétences pointues et donc une formation spécialisée. En effet, à la moindre erreur, le verre peut se briser ou mal cuire, il est donc important de maîtriser certaines compétences techniques.

Il existe un CAP souffleur de verre, option verrerie scientifique ou enseigne lumineuse. Accessible après la 3ème, c’est une formation en 2 ans qui délivre un diplôme de niveau 3 et forme au travail du verre et du cristal. Par la suite, il est possible de poursuivre avec un BMA souffleur de verre en 2 ans. Sinon, toujours après le brevet des collèges, tu peux faire un cursus en 3 ans pour préparer le bac professionnel artisanat et métier d’art, option métiers de l’enseigne et de la signalétique ou option verrerie scientifique et technique.

Si tu préfères passer un bac général ou technologique, ou que tu as mis un peu de temps à décider de ce que tu veux faire, c’est possible aussi. Avec un niveau bac, tu peux t’engager dans 3 ans de cursus pour un DN MADE mention objet ou matériaux (spécialité verre). Toutes ces formations permettent de s’assurer de solides compétences, mais aussi le titre professionnel créateur verrier. À noter que certains ateliers exigent même des connaissances de base en mathématiques.

Quel est le salaire moyen d’un souffleur de verre ?

Le salaire moyen d’un souffleur de verre est d’environ 1 800 euros bruts par mois, soit 1 400 euros nets par mois. La fourchette de salaire se situe en général entre le SMIC (10,57 euros de l’heure) et 2 000 euros bruts par mois. Pour son travail, le souffleur a deux options. Soit il exerce en tant qu’artiste à son compte et il doit souvent combiner la verrerie avec d’autres arts comme la menuiserie ou la poterie. Dans ces cas-là, il est payé à la commission, ce qui signifie qu’il peut choisir son propre sujet.

Soit il est employé dans une verrerie d’art et reçoit un salaire relativement fixe. Une carrière dans l’industrie du verre requiert de la dextérité manuelle, un œil précis, le souci du détail, mais surtout de la persévérance pour se démarquer et vivre de son art.

Voir un souffleur à l’œuvre

Le premier festival de soufflage de verre au monde a été organisé en 1973, à Florence (Italie). Ce festival est le premier à faire découvrir l’artisanat du soufflage de verre au grand public et à promouvoir la tradition. Le but principal de cet art est de produire une variété d’objets en verre que l’on peut trouver dans nos maisons, comme des vases, des bols et autres décorations. Désormais, il est possible de voir ces artisans à l’œuvre lors de divers événements dédiés, ainsi que dans des verreries d’art.

Lire aussi : Tout savoir sur la formation de photographe